Le Festival International du Film Polaire

Le week-end des Nuits Polaires

Du vendredi 25 au dimanche 27 février
A l'Institut Océanographique



Conférences, films, diapositives, débats, et bien sûr le festival qui continue (dont les films en compétition sont identifiés par un ulu ). Préparez-vous à vivre une véritable immersion dans le Grand Nord !
Cette année ne manquez pas :
• Vendredi 20 h 30 : Le voyage d'Inuk film franco-groenlandais, en avant-première sur la France
• Samedi 14 h : L'hommage à Robert Flaherty et à Claude Massot avec Kabloonak , l'histoire du tournage du 1er long métrage de l'histoire du cinéma. Suivi de "Nanook of the north ", le film tel que présenté dans les salles en 1920
• Samedi 17 h 30 : Borge Ousland, ce norvégien est considéré comme le plus grand explorateur polaire de ces 50 dernière années

• Samedi 20 h 45 : "Under the pole", de Thierry Robert, la coqueluche de tous les festivals (pas Thierry mais son film !)
• Dimanche 9 h : Jean Malaurie " Le dernier des géants de l'Arctique"

 

Le dimanche à partir de 18h15 tous les résultats du festival.

Les programmes et horaires sont susceptibles de modifications à tout moment, consultez jusqu'au dernier moment ce programme .

La remise du Glaçon d’Or, prix du meilleur film du festival, aura lieu le dimanche 27 février à l’Institut Océanographique, à partir de 18h15.

Le week-end des Nuits Polaires aura lieu du 25 au 27 février à l'Institut Océanographique à partir de 20 h le vendredi et les 2 journées de samedi et dimanche • 195 rue Saint Jacques • 75005 Paris

© N.Dubreuil - Les Nuits Polaires 2011
: Film en compétition pour le festival

Le programme des Nuits Polaires

Vendredi 20h30-23h

Le voyage d'Inuk

Le 1er film franco-groenlandais de Mike Magidson, en avant-première exceptionnelle en France (sortie en salle fin 2011 ou début 2012)



En présence de l'acteur Ole Jørgen Hammeken et des auteurs Mike Magidson et Jean-Michel Huctin.
 Soutenez ce film en suivant ce lien

"Le voyage d'Inuk" est le premier film de cinéma franco-groenlandais. C'est aussi le premier "road-movie" en traîneau à chiens sur la banquise ! Interprétée par des acteurs inuit, cette fiction est inspirée d'une histoire vraie et actuelle.
L'histoire : A Nuuk, la capitale au sud du Groenland, Inuk traîne son adolescence du petit fast-food où il retrouve ses copains au vieil HLM où il vit avec sa mère alcoolique et son beau-père violent. Envoyé dans un foyer d'enfants dans le grand nord suite à une nuit de galère, il rencontre Ikuma, un grand chasseur d'ours. Lire la suite
INUK a obtenu 2 awards au prestigieux festival de Woodstock et le patronage de l'UNESCO. Ce film est dédié à Jean Malaurie et son oeuvre.
Inuk de Mike Magidson

Samedi 10h-10h45

A l'écoute du peuple groenlandais 

Montage numérique présenté par Nathalie et Alain Antognelli 45mn

Nathalie et Alain Antognelli, couple de nationalité Monégasque, tous deux, photographes professionnels, passionnés de nature et d’aventures Ils ont pour projet d’apporter une contribution à la sensibilisation du public et des États, sur l’environnement, le changement climatique et les préoccupations des populations arctiques, cela au travers d’aventures humaines et de témoignages au cœur de l’un des derniers terrains sensibles de notre planète. Cette expédition, première d’une série de voyages arctiques en kayak de mer, est un témoignage photographique, réalisé pendant les mois d’été, de fin mai à mi-septembre, le long d’un itinéraire côtier sur près de 600 miles nautiques (1 100 km) entre la ville d’Upernavik au 72°47’ Nord et Ilulisat dans la Baie de Disko au 69°13’ Nord. Cette navigation réalisée en duo à l’aide de deux kayaks de mer. Ce moyen de transport, véritable retour aux sources, nous permet d’effectuer ce périple en totale autonomie, cela afin de réaliser des prises de vue photographiques de notre quotidien et de rapporter les témoignages des populations inuit, sur l’état des lieux, les changements constatés et les craintes à venir relatifs à leur environnement. Pour ce faire, les observations, remarques et récits recueillis lors de notre passage dans les villages et stations sont méthodiquement relevés. Au travers de cette approche, nos photos font l’objet de reportages sous diverses formes, notre intention étant de communiquer

Antognelli

Samedi 10h45-11h15

Rêve sous la mansarde 

Montage vidéo d'Alexandre Vigier 20mn



C'est le benjamin de ce festival. Alexandre Vigier, tout juste 14 ans, a deux passions : les récits d'expéditions polaires, et la vidéo...En août 2010, il a la chance de participer à la croisière GNGL de l'Ocean Nova en baie de Disko...
Il en rapporte un montage vidéo d'une vingtaine de minutes, des images bien prometteuses !

Sur les traces de Paul-Emile

Samedi 11h15-12h

La Laponie en 1ère classe 

Un film réalisé par "Filmerrant"



avec Fanny Cathala, Amandine Maignan, Yann Foucard, Charles Gilbert. Réalisation "Filmerrant" A la recherche de grands espaces, Yann Foucard, Charles Gilbert, Amandine Maignan, et Fanny Cathala, sont partis pour un raid à ski en Laponie suédoise…mais pas n’importe comment ! Respecter les distances qu’offre la planète, rendre à la Terre sa vraie grandeur. Ils ont choisi le train : pari réussi. Pas d’exploit sportif, mais une vraie réflexion sur le voyage nature. Lire la suite
La Laponie en 1ère classe

Samedi 12h15-13h

Expédition Tico ou le PNO à la rame 

Présenté par Mathieu Bonnier

Après sa traversée de l’Atlantique dans le cadre de la course Bouvet Rames Guyane 2009, Mathieu Bonnier se promet de ne plus jamais repartir traverser un océan à la rame en solitaire. Mais l’appel du large et de l’aventure sera plus fort et ce vétérinaire aventurier repart en juillet 2010 pour un nouveau challenge : la traversée de la Mer de Baffin et du passage du Nord-Ouest sur un bateau à rame de 7 mètres. Cette route maritime légendaire fait communiquer l’océan Atlantique et le Pacifique, à travers l’immense archipel arctique glacé. Une première mondiale jamais tentée, là ou tant de drames se sont déroulés. Pour lutter contre la solitude, il embarque avec lui Tico, son fidèle compagnon à 4 pattes avec lequel il a traversé l’Alaska au cours de l’hiver 2006. Mathieu quitte le 10 juillet le village de Qaanaaq au nord du Groenland, pour un périple de plus de 2500 km au milieu des glaces et des icebergs. Le récit de son quotidien semé d’embûches, accompagné par la peur, nous en apprend plus sur les doutes et les ressources d’un homme confronté à des situations extrêmes. Voir la vidéo

© B.Mazodier-M.Bonnier PNO à la rame

Samedi 14h-16h

Kabloonak

Un film de Claude Massot


(L'histoire du tournage du premier long métrage de l'histoire du cinéma)
Nanook of the North de Robert Flaherty. En 1922, Robert Flaherty devient mondialement célèbre grâce à son film Nanouk. Il vient d'ouvrir la voie à un nouveau genre cinématographique : le documentaire. Kabloonak est l'histoire de la grande aventure qui donna lieu à ce film légendaire. C'est aussi, à travers l'amitié de deux hommes, celle de la rencontre passionnée de deux univers... " Kabloonak : c’est le nom que les esquimaux avaient donnés à Robert Flaherty, l’homme qui a montré des esquimaux au monde entier. De cette histoire Claude Massot a écrit et réalisé un film : kabloonak. Un film merveilleux et tragique comme l’amitié qui avait unis Nanook et Flaherty. Les deux hommes combattent à mort sur la banquise, l’un pour sa survie et l’autre pour faire un film. Dans l’histoire vraie, c’est Nanook l’esquimau qu devait mourir des suites du film, dans l’histoire du film Kabloonak c’est Claude Massot, le réalisateur qui est mort. " Jean-Jacques Vanier – Comédien

 

Hommage à Claude Massot en présence de Jean Malaurie.

Samedi 16h-17h

Nanook of the north

Un film de Robert Flaherty


Présenté comme en 1922 avec dans la salle, au piano, Eric Le Guen - pianiste improvisateur

Documentariste exemplaire, Robert J. Flaherty est ce "pionnier qui n’avait jamais été à l’école, sauf à celle des bûcherons du Grand Nord, et qui, aveuglé par la lumière de la baie d’Hudson, a inventé le cinéma dans les yeux émerveillés de Nanouk". (Jean Rouch) Considéré comme le premier film documentaire au monde, Nanouk fut tourné par Robert J. Flaherty, dans le Grand Nord canadien en 1920. Fils d’un chercheur d’or, le cinéaste fut d’abord tenté de devenir explorateur. Après plusieurs années passées auprès des esquimaux, il réalise sur eux un premier film qui fut détruit dans un incendie. Il put remettre ça grâce à la maison Revillon Frères, des fourreurs parisiens qui lui passèrent commande d’un film qui, croyaient-ils, pourrait leur servir de support publicitaire. Flaherty en profita pour montrer la rude vie menée au fil des saisons par une famille dont le chef était Nanouk. C’est avec sa complicité que le cinéaste met en scène les épisodes les plus marquants d’une existence qui est une lutte constante contre la faim et le froid. Cette lutte, Nanouk en illustra tragiquement le danger en périssant dans une tempête de neige deux ans après le tournage. Mais décidé à montrer que des conditions de vie ardues n’engendrent pas que de la tristesse, Flaherty a émaillé son film de séquences chaleureuses et cocasses. Difficile d’oublier l’image de Nanouk les quatre fers en l’air après un combat contre un phoque rétif ou celle de la famille prise de fou rire lorsque s’effondre ce gigantesque igloo qu’elle avait construit pour les besoins du film. Premier cinéaste à avoir indiqué que le cinéma peut être un art de l’universel, Flaherty est, avec ce documentaire poétique, entré dans la légende. (Télérama)
Ours polaire

Samedi 17h30-19h

Borge Ousland

 

Le Norvégien Borge Ousland est un des explorateurs polaires les plus célèbres de notre époque. Il a notamment traversé, en solo, le continent Antarctique et l'océan Arctique. Il fut le premier à atteindre le Pôle Nord en solitaire et sans assistance. Il est, à ce jour, la seule personne à avoir accompli ces exploits. Borge est également un écrivain accompli, et un photographe de renom. Il a reçu de multiples récompenses internationales pour ses films et expéditions. Borge Ousland est né le 31 mai 1962 à Oslo, Norvège. Il a grandi dans la banlieue de la capitale, à Nesodden. Après son école secondaire, il est devenu plongeur et a travaillé depuis 1984 jusqu'à 1993 comme un plongeur professionnel dans la mer du Nord. Entre 1989 et 1991, il a effectué son service militaire dans les forces navales spéciales norvégienne.

Borge Ousland

Samedi 20h-20h45

L'homme du pôle 

La trilogie arctique de Jean-Louis Etienne 26mn



Avril 2010, en posant sa nacelle sur la toundra gelée de Sibérie, Jean-Louis Etienne devient le premier homme à réussir la traversée de l’océan Arctique en ballon, cellant ainsi le dernier acte d’une trilogie arctique débutée vingt cinq plus tôt. Après avoir atteint le pôle en tirant son traineau pendant 63 jours en 1986, dérivé quatre mois en 2002 sur la banquise à bord du Polar Observer, l’explorateur aura parcouru cette fois ci plus de 3500 kms entre le Spitzberg et la Sibérie. Seul à bord d’une roziere, un ballon mixte hélium air chaud. ‘’Cette traversée fut périlleuse, engagée, comme aucune des expéditions que j’ai faite, car voler n’accorde aucun répit.’’ Lire la suite
Crédit : Francis Latreille

Samedi 20h45-22h

Under the pole - On a marché sous le pôle 

Un film de Thierry Robert



Grand Prix du Festival du Film d'Aventure de La Rochelle - (photos)

Une équipe d’explorateurs décide d’organiser une expédition qui les mènera du pôle nord géographique jusqu’aux côtes de l’île d’Ellesmere à l’extrême nord du Canada. Pour Ghislain, sa compagne, Emmanuelle Périé, et les autres : Alban, Sam, Ben, Clément, Vincent, Pascal, il s’agit d’initiation plus que d’expédition. Une expérience de la banquise qui va les marquer au plus profond d’eux-mêmes. Ils veulent montrer au travers de la rencontre brute avec l’Arctique, la confrontation de deux mondes totalement opposés, le moderne d’aujourd’hui et l’épopée héroïque des explorateurs d’hier. Ils nous font découvrir ce monde du silence, la calotte balayée par les vents et le fracas des glaces. La rencontre est simplement magique.
La Rochelle (AFP) — Le jury de la 7e édition du Festival du Film d'Aventure de La Rochelle, présidé par le navigateur Jean Luc Van Den Heede, a décerné son Grand Prix au 52mn du réalisateur Thierry Robert, produit par DOCSIDE, "On a marché sous le pôle", récit en images sous-marines spectaculaires et quasi inédites d'une expédition sous la banquise Arctique en 2009.
Lire l'intégralité du synopsis (pdf 19ko)
Under The Pole

Dimanche 9h-12h

Jean Malaurie, "le dernier des géants de l'Arctique"


C'est devenu une tradition, comme une "grande messe", le dimanche matin est réservé à Jean Malaurie. Grande figure de la recherche polaire française avec une oeuvre scientifique considérable au CNRS et à l’EHESS, il est appelé par Michel Le Bris dans son Dictionnaire des explorateurs, « le dernier des géants de l’Arctique ».

Directeur-fondateur de la célèbre collection Terre Humaine aux Editions Plon, il dirige le Centre d’études arctiques (CNRS-EHESS) et Inter-Nord, revue arctique du CNRS.


Le parcours de Jean Malaurie est celui d’un scientifique atypique, toujours en marche pour défendre ces civilisations méconnues de peuples héroïques qui ont une vision spirituelle de la nature.


9h-10h Projection du film Jean Malaurie : Une passion arctique de Michel Viotte (43')
Réalisé entre Uummannaq (nord-ouest du Groenland) et Paris, cet hommage à Jean Malaurie, rapproche des séquences d’entretien, des scènes récemment tournées en présence de Jean Malaurie, par Michel Viotte au Groenland et des images d’archives concernant Jean Malaurie dans ses diverses missions, du Groenland à la Sibérie. Michel Viotte a également inclus des images d’archives exceptionnelles concernant la vie primitive esquimaude.

10h Arrivée de Jean Malaurie

Au cours de son intervention sera projeté Un peuple légendaire (52 min), premier film de La Saga des Inuit, réalisée à partir de la grande fresque Inuit qu’il a tournée pour Antenne 2, du Groenland à la Sibérie (1973-1976).


A l'occasion de son intervention, Jean Malaurie présentera Gilles Mottet, compositeur d'Adglané, Adglané, réalisée à partir des enregistrements des chants chamaniques de Thulé (Toukoumingouak) en 1909, de l’ethno-musicologue norvégien Christian Leden.

En savoir plus sur cette composition musicale.

Jean Malaurie

Dimanche 14h-14h20

Les Robinsons des glaces 

Documentaire de 12mn



"Ces images sont un avant-goût du film que préparent les Robinsons des glaces, qui ont dérivé sur la banquise à l'est du Groenland cet été. La plaque sur laquelle ils campent a été repoussée au fond d'une baie par le courant ; il s'agit maintenant de partir en repérage à pied pour trouver un moyen de se sortir de là... Mais la banquise n'est pas bien solide, la preuve ici !!! " - Voir le descriptif de leur futur projet (pdf)
Les Robinsons

Dimanche 14h20-15h

Trawler dans le vent

Diaporama d'Eric Brossier 30mn



Eric, France, Aurore et Léonie, embarquent pour 5 mois sur Ecotroll pour un périple inaugural, expérimental et promotionnel, au Groenland (région de Scoresby sund).
Ecotroll, prototype éco-conçu, est un bateau hauturier en aluminium de 12m à moteurs hybrides et cerfs-volants. Départ de Lyon le 17 avril 2010, retour à La Rochelle le 15 septembre 2010.
Trawler dans le vent

Dimanche 15h-16h15

La terre perd le nord 

Un film de Yannick Rose et Stéphane Nicolopoulos 52mn



Le pôle Nord magnétique, c'est ce point mythique vers lequel pointent toutes les boussoles du monde. Le français Jean-Jacques Orgeval et le canadien Larry Newitt sont les deux géologues chargés de mesurer sa position exacte car cette aire bouge en permanence. Lors de leur dernière mission sur la banquise, ils ont constaté que la vitesse de déplacement du pôle magnétique s'était accélérée de façon spectaculaire, 120 km au lieu des 40 km estimés chaque année, une moyenne de 300 mètres par jour !
Grâce au paléomagnétisme, on sait que le pôle magnétique s'inverse, passant du nord au sud et vice et versa de façon cyclique, en moyenne tous les 250 000 ans. Mais le dernier retournement remonte à 780 000 ans…
Sommes-nous à la veille de ce grand événement de l'inversion des pôles ? Au cours d'un renversement, le risque est que la Terre ne soit plus protégée par la magnétosphère. Quelles seraient alors les conséquences pour les êtres humains et nos sociétés de plus en plus dépendantes de la technologie ?
Voir un extrait
La terre perd le nord

Dimanche 16h15-17h

Avec et pour les Inughuit, derniers Esquimaux polaires

Un montage numérique de Christiane Drieux 34mn



Au nord du nord, du Groenland, au-delà de 78° de latitude nord, vivent 800 hommes, femmes et enfants oubliés du monde, oubliés des cartes : les Inughuit, les derniers Esquimaux polaires. Peuple courageux ayant survécu dans des conditions inhumaines : des températures extrêmes, la nuit polaire, la glace, l’isolement… Peuple vivant en symbiose avec son environnement. Peuple de chasseurs respectueux de la faune avec laquelle il a pactisé en un rapport mystique. Un territoire d’environ la moitié de la superficie de la France. Une culture et un mode de vie sur lesquels grondent de multiples menaces : Réchauffement climatique, ouverture du passage du Nord Ouest, exploitation de gisements de gaz et de pétrole, réglementations commerciales internationales…
A Qaanaaq, 18 chasseurs perpétuent, pour leur survie, la tradition ancestrale de la chasse en traîneau en hiver et au printemps, ou en kayak en été. Trois attelages, 48 chiens. Avec eux, nous quittons Qaanaaq, la seule ville du Groenland Nord, pour nous diriger encore plus au nord vers Siorapaluk. Un voyage dans le temps et dans l’espace.
Kangeg

Dimanche 17h-17h15

Contact avec Sébastien Roubinet


Sébastien Roubinet et Rodolphe André sont en phase d'essais et de tests à bord de Babouche, leur petit catamaran des glaces, pour leur tentative de traversée de l'océan glacial arctique sans aucun moyen motorisé. C'est une première mondiale.
En savoir plus sur ce projet - Voir quelques photos (pdf 790ko)

Babouche

Dimanche 17h15-18h30

Les nomades du cercle polaire

Un film d'Andreas Voigt 52mn

Andreas Voigt et son équipe ont accompagné sur une période d’un an la vie de deux familles de nomades et leurs 5000 rennes. Ce sont des Komis, l’un des plus anciens peuples autochtones de Sibérie. Ils vivent là où les monts de l’Oural séparent l’Europe de l’Asie. Peu d’entre eux élèvent encore des rennes. Entièrement tributaires de leurs animaux, les familles de Alexej et Vassili ont conservé un mode de vie archaïque, inlassablement rythmé par les cycles de la nature.

Babouche

Dimanche à partir de 18h30

Remise du Glaçon d'or

Lorsque nous l'avons créé, en 1995, à l'époque, peu de gens se souciaient du réchauffement climatique et de tout ce que cela allait impliquer dans le monde polaire...Depuis bien des glaces et des glaçons ont fondus...Les "glaçons d'or" sont devenus tout un symbole : comme la banquise, ils fondent...Rappelant la fragilité de ce milieu, où chaque incursion ne devrait laisser aucunes traces autre que celles de nos de pas dans la neige ! Matérialisés par un ulu (un couteau de femme inuit), les glaçons d'or récompensent les meilleurs films ou montages audiovisuels, tout en gardant une connotation "ATR" de tourisme responsable ! Au final ce sont 3 prix (au maximum, mais ce n'est pas une obligation) qui sont attribués :
- le glaçon d'or
- le coup de cœur du jury
- le prix spécial du public

Dominique Bromberger est le président du jury pour 2011...Outre le président, le jury se compose de 4 à 5 membres dont un des lauréats des années précédentes et peut-être vous : en effet c'est devenu une tradition qu'il y ait toujours, dans le jury, un ou plusieurs "branchés" des nuits polaires...Alors si vous êtes inscrits sur toute la semaine et que l'aventure vous tente, n'hésitez plus, contactez nous !

Ulu
PaulsenTerres d'AventureFrance InterA/RInstitut océanographiqueLe voyage d'InukLe centre PEV